Samedi 22 Septembre 2018

Plan du site: Marches de Bretagne et pays du Bas Maine
Titre:      Marches de Bretagne et pays du Bas Maine
Catégorie:      Bibliothèque virtuelle
LivreID:      180161728
Auteurs:      Georges Bertin
ISBN-10(13):      180161728
Editeur:      Scribd
Date de publication:      30 octobre 2013
Number of pages:      9
Langue:      Français
Prix:        
Evaluation:      0 
Image:      cover
Livre électronique:      Aller à la page du livre
Description:     

Marches de Bretagne et pays du Bas Maine.

Georges Bertin

 

«Il y avait autre fois, dans la marche de Gaule et de la Petite Bretagne, deux 

rois qui étaient frères et qui avaient deux sœurs pour femmes. L’un

de ces rois s’appelait Ban de Banoïc  et l’autre Bohort de Gannes»

Le Lancelot en prose,13e siècle.


 

 

L’évêché de Dol tient une place importante sur ces marches et son patron
saint Samson, né à Glamorgan au Pays de Galles en 495, et mort à Dol vers
565 est l’un des sept saints fondateurs de Bretagne. Il a fondé l’abbaye de
Dol de Bretagne. L’évêché de Dol était limité au Nord par l’Océan, au
Levant par les diocèses d’Avranches et de Rennes, au midi et au couchant
par celui de saint Malo. Il avait cette particularité d’avoir 40 de ses
paroisses regroupées autour de son siège et 50 « en marche », dans des
enclaves situées sur une ligne allant d’Angers sa plus ancienne paroisse)
aux rives de la Risle. En particulier, à 6 lieues de Lassay les Châteaux,
la paroisse de Saint Samson en Haute Mayenne témoigne de la marche en l’un
des saint tutélaires de la Bretagne qui semble surveiller les Marches sur
l’axe est/ouest.
On trouve encore une cuve baptismale plus au sud de la Marche, à Pleine
Fougères au lieu-dit L’Ile Samson sur la route départementale qui relie
aujourd’hui Pontorson à la Bretagne.
Fondé par Saint Samson et Judual, l’évêché de Dol avait ainsi liée partie
avec Chidebert qui en usait comme une sorte de gardien de sa marche.
Au Passais, l’évêché de Dol jouxtait la paroisse de Banvou, la plus au Nord
du Cenomanicum.
On trouve encore le nom de saint Samson dans un épisode du Tristan et Yseut
composé par Béroul aux Marches du Cotentin à Mortain