Dimanche 22 Juillet 2018

Plan du site: Le Cotentin et l'Avranchin (département de la Manche) sous les ducs de Normandie (911-1204)
Titre:      Le Cotentin et l'Avranchin (département de la Manche) sous les ducs de Normandie (911-1204)
Catégorie:      Bibliothèque virtuelle
LivreID:      092012
Auteurs:      Chesnel, Paul
ISBN-10(13):      nc
Editeur:      H. Delesques (Caen)
Date de publication:      1912
Number of pages:      284
Langue:      Français
Prix:        
Evaluation:      0 
Image:      cover
Livre électronique:      Aller à la page du livre
Description:     

p.60 (1)
contre le roi de France et le força à lever le siège de Verneuil, le 9 août 1173 (2). La fortune se déclarait en sa faveur. Peu de jours après, il apprenait que ses troupes venaient de remporter une victoire décisive, près de Dol, sur les rebelles. Le principal foyer de la révolte avait été l'Avranchin

p.61 (3)
de Raoul se préparaient à cachi dans les bois. Mais, à l'approche de ce dernier, qui rev nait défendre ses terres, il se relira, non sans emporti son butin. Raoul de Fougères n'essaya pas de le poursu vre; il se dirigea sur le château de Combourg et ville de Dol, qu'il se fit livrer à force

p.62 (3)
62 HISTOIRE POLITIQUE ET MILITAIRE revenu à Rouen : c'est là qu'il apprit la victoire de ses troupes et le siège du donjon de Dol. 11 résolut d'aller lui-même diriger les opérations. Chose qui paraîtra à peine croyable de nos jours, même aux meilleurs cavaliers, il partit de Rouen le mercredi matin

p.69 (1)
HISTOIRE POLITIQUE ET MILITAIRE 69 terabre, il entre en Bretagne, prend Dol et dévaste le territoire de Fougères (1). Fatigué de ce grand effort, il passe la plus grande partie de l'automne dans son ancien comté de Mortain et surtout dans le Cotentin, où il se trouve sans doute plus en sûreté

p.73 (1)
, descendant du roi breton Salomon, qui était comte de Rennes; il y avait aussi un Alain, qui était comte de Dol. Mais l'Alain de Guillaume de Jumièges reparaîtra, dans son récit, à plusieurs reprises, notamment à propos des événements de 931 et de 937: l'absence de toute distinction, de toute désignation

p.78 (1)
lui son fils Alain. Quant aux Bretons pauvres, ils restèrent à cultiver la terre, sans chefs et sans défenseurs, sous la domination des Normands » (f). Cette fois, l'Avranchin et le Cotentin étaient définitivement conquis par les Normands, qui occupèrent encore les territoires de Dol et de Saint

p.79 (1)
qu'il lui avait fournis, en compagnie de compatriotes fidèles qui avaient partagé son exil, aborde aux côtes de Bretagne, marche sur le monastère de Dol, où il surprend la garnison normande au milieu d'un festin de noces, et la massacre. Sans perdre de temps, il reprend la mer, débarque à Saint-Brieuc

p.82 (2)
Flodoard a placé ici un événement, la priso do Dol, qui n'eut lieu qu'au commencement du XIe siècle; mais Flodoard, qui était mort depuis longtemps à celle époque, n'a pu faire cetto confusion. Uno objection plus fondée, quo no fait pas d'Argentré, c'est quo, en 944, c'est-à-diro peu après l'assassinat

p.84 (1)
recouvertes d'herbes et do feuillage, par les pirates. Ceux-ci en firent un grand carnage, marchèrent ensuilo sur Dol, s'emparèrent du château, qu'ils brûlèrent, et massacrèrent les habitants. Après avoir entassé dans leurs barques les dépouilles des Bretons, ils reprirent la mer et remontèrent la Seine

p.85 (2)
sur la croupo d'une colline, à un kilomètre du bourg do Sacoy. 11 entra ensuite en Bretagno, mit à feu et à sang lo comté do Dol et revint chargé do butin. Alain lo suivit, avec l'intention do traiter l'Avranchin comme avait été traité lo comté do Dol. Mais Néel do Saint-Sauveur, vicomte du Cotentin

p.88 (1)
ferai la guerro avec toutos mes forces (l). » Guillaumo alla porter lui-mômo sa réponse à la tête d'une armée. Conan était alors occupé au siège de Dol, dont le comto, Ruai, lui avait refusé obéissance. A l'approcho do son adversaire, il so retira dans l'intérieur. Guillaumo n'osa l'y poursuivre

p.89 (2)
GUERRES ENTRE LES NORMANDS ET LES BRETONS 89 rivée de Guillaumo à Dol, d'où Conan s'onfuit; enfin, le siègo do Dinan, où l'on voit lo chef breton présenter à son adversairo les clefs do la ville au hout do la lance de sa bannière. Mais co dernior épisode no so trouvo dans aucun historien

p.94 (1)
réclamé inutilement au duc, prit prétexte do son refus pour diriger une nouvelle expédition contre la Bretagne, dont il projetait depuis longtemps la conquête. 11 franchit le Couesnon et alla assiéger Raoul do Gaêl dans Dol. Mais bientôt il apprit que le duc de Bretagne s'avançait au secours

p.95 (1)
province au traité de Gisors, en 1113 (2). Le fils d'Alain Fergant, Conan III, s'affranchit de l'hommage à Henri Ier. Après la mort de ce dernier, la rivalité d'Etienne et de Geoffroi Plantagcnet permit aux Bretons de recommencer la guerre do brigandages dans l'Avranchin. Gclduin, comte de Dol, y

p.97 (2)
GUERRES ENTRE LES NORMANDS ET LES BRETONS 07 Jean de Dol, avant do mourir, lui livra son donjon; mais il mit sa fille — qui devait devenir plus tard l'épouse de Hascoul de Subligny — ainsi que sa terre sous la protection do Raoul de Fougères, à qui il laissa aussi le château do Comhourg. Deux ans

p.100 (1)
convocation du roi, il se mit à reconstruire son château. Eudes de Porhoet et plusieurs autres vinrent le rejoindre. Nous avons raconté ailleurs (I) comment Henri de Fougères, après quelques succès, fut fait prisonnier à Dol, dut donner ses deux fils comme otages au roi et s'enfuit dans les bois

p.132 (1)
dont l'Avranchin et la Bretagne occidentale furent le théâtre. Fait prisonnier à Dol, il fut emmené en Angleterre l'année suivante, et là, après avoir juré au roi de lui être désormais fidèle, il obtint son pardon (5). Toutefois, il ne recouvra pas immédiatement sa liberté complète, car un historien anglais dit

p.180 (1)
180 LES ÉVÊQUES ET LB CLERGÉ SÉCULIER vassal du pape, no pouvait plus guère prétendro à ta nomination des évêques. Et, en efTel, nous voyons, en 1177, les chanoines do Dol choisir pour archevêque Rolland, doyen du chapitre d'Avranches, en présence des évêques do Baycux et d'Avranchos et do l'abbé

p.230 (1)
de ses trésors, puis la répudia (2). Et c'était un prince réputé parmi les plus chevaleresques, un gardien du Saint-Sépulchre qui se comportait ainsil Certains seigneurs font pis encore: Robert d'Avranches, qui avait épousé Havoise, fille de Gelduin, comte de Dol, fut condamné à payer une amende de 110

p.262 (1)
honorable à Avranches ; une pierre historique, 51-57. — Révolte des fils de Henri II et des seigneurs de la Normandie occidentale et de la Bretagne, 57-60. — Bataille de Dol; prise du château; soumission des rebelles, 60-63. — Nouvelle révolte des fils de Henri II; rôle de Jean, comte de Mortain, 63

p.263 (1)
, 89-92. — Construction du château de Saint-Hilaire, 93. — Seconde expédition de Guillaume ; sa retraite précipitée ; paix avec les Bretons, 93, 94. — Suzeraineté de Henri I" sur la Bretagne, 95. — Brigandages du comte de Dol, 95. — Henri II cherche à se rendre maître de la Bretagne et commence

p.264 (1)
. — Renouf I", 129. — Renouf H: il est un des adversaires les plus redoutables d'Etienne en Angleterre, 129-132. — Hugues II : sa puissance ; il prend part à la révolte de 1173 contre Henri II et est fait prisonnier â Dol, 132. — Renouf III : son mariage avec Constance, duchesse de Bretagne; il devient

   

Les prochains rendez-vous AFD

Sam Jui 23
Permanence 23 juin
Sam Jui 30
Permanence 30 juin
Sam Juil 07
7 juillet
Sam Juil 14
Pas de permanence
Sam Juil 21
Permanence
Sam Juil 28
Permanence
Sam Aoû 04
Permanence
Sam Aoû 11
Permanence
Sam Aoû 18
Permanence